Wings Of Glory …

Les Ailes de la Gloire en vf !

Petite rétrospective sur une série avec plein de figurines qui a commencé son aventure sous forme de livre…


Qui se rappelle de Vous êtes l’as des As ?

Oullllllaaaaaaaaaa, Gallimard, la série des Jeux dont vous êtes le Héros. 1986. Presque 30 ans. Pfff, un truc de dinosaure dans le monde du jeu de société moderne. Presque 30 ans. Bon, ça tombe bien, nous en sommes. Plutôt du genre végétariens et un peu balourds, mais vénérables néanmoins…

Véritable bombe ludique, L’As des As (le titre complet, c’est bien Vous êtes l’As des As, mais, trop long, l’As des As est devenu l’appellation courante) change la donne dans la série et ce pour plusieurs raisons :

  1. Il s’agit d’un coffret de trois livrets au lieu d’un livre de poche. Il comprend un livret As allemand, un livret As allié et un carnet répertoriant les avions de la première guerre mondiale, les pilotes célèbres et des feuilles de marques avec des campagnes possibles des règles optionnelles pour jouer à plus de deux, augmenter le réalisme…
  2. Les livrets sont illustrés de photos d’avions reprenant les vues à partir des positions relatives des deux avions avec un tableau des mouvements extrêmement simple pour se décider… mais un peu technique à résoudre (cf. ci-dessous).
  3. Il s’agit d’un livre pour lequel on joue à deux et non tout seul et les duels durent à peine 15 minutes. Une véritable révolution à une époque ou n’importe quel wargame de base se joue en 4 à 6 heures… minimum !

Comment ça marche ?

Après avoir chois une position de départ, chacun choisi sa prochaine manœuvre qui lie gestion de sa vitesse, de l’altitude à celle-ci. Bien sur, fonction de vos précédentes action et des capacités propres de votre avion, certaines seront plus difficiles que d’autres, voir impossible. Et bien sur, cela influencera aussi les résultats des tirs de votre adversaire fonction de ce que vous êtes comme cible suite à cela !

Venait, après le choix de la manœuvre, la résolution. Simple à l’époque, cela serait jugé un peu beaucoup abscons de nos jours. Chacun donnait à l’autre le code de sa manœuvre, lisait sur sa page la page à laquelle il devait se rendre avec sa manœuvre et là, regardait la page de destination finale fonction de la manœuvre de son adversaire. Presque simple mais efficace et donc… répétons le : révolutionnaire !

Dans la lignée, il existait une extension avec des pilotes, uniquement en anglais. Il fut aussi édité en français un coffret sur des duels de cow-boys – très décevant à cause des limites géographiques et pour lequel les extensions ne furent jamais produites – ou un autre opus sur des magiciens chevauchant des dragons, pâle copie du grand frère…

Et on arrive en 1993…

Oui, le temps passe vite… C’est alors la grande époque pour Oriflam qui axe une partie de ses production vers des traductions de wargames accessibles au plus grand nombre. Et là, il s’agit de Blue Max en VO. Les Ailes de la Gloire en vf…. Tiens, on y arrive peu à peu à ce fabuleux titre…

En fait Blue Max est antérieur à L’As des As puisqu’il date de 1983. Mais pour le public francophone, c’est la stricte transposition sur carte du succès L’as des As et elle arrive en 1993 !

Le jeu est un jeu sur carte dont les mouvements sont rythmés pas des hexagones. C’est bien à cela qu’on reconnaît un wargame sérieux, non ?

Votre avion pointe vers un bord d’hexagone et, là aussi, les fiches avions vous indiquent quelles sont les manœuvres possibles, ce que sait faire votre pilote que ne savent pas faire les autres et tout et tout…. La résolution est alors beaucoup plus simple : on effectue les mouvements simultanément puis, on regarde qui est dans la ligne de mire de qui…

Comme vous pouvez l’imaginer assez aisément, outre que le format sur carte permet de visualiser, de s’immerger plus avant, le système permet surtout de gérer au delà des duels en simulant les affrontement d’escadrons en combats tournoyant, donnant naissance aux premières tactiques et doctrines aériennes. Comme dans la vraie Histoire en somme…

L’étape d’après ?

Il y en avait deux, des étapes à franchir. Se débarrasser des hexagones et adjoindre des figurines pour rendre tout ça encore plus immersif. Elles vont l’être quasi dans la foulée…

En 2004, Famous Aces, le premier opus de Wings of War, introduit le duel aérien avec des cartes représentant les avions. La silhouette de celui-ci est dessiné sur une carte de petit format et, pour chaque avion, un paquet de cartes de manœuvres prenant les informations nécessaires est fourni. On joue sur une surface plane sans repère particulier. Une photo aérienne des champs de bataille tirée des sites d’archive par exemple ?

Il suffit alors de jouer celle-ci en la plaçant correctement par rapport à son avion et la flèche noire indique alors la position finale de l’avion. Il ne reste plus alors qu’à vérifier avec l’aide d’une réglette si votre cible est bien dans votre arc de tir et à distance. Comment faire plus simple et efficace à la fois ?

En 2007, on voit les premiers packs comprenant des figurines dédiées au jeu. Celles-ci comprennent un socle qui remplace la carte d’origine qui sert de support à un système d’échelle pour simuler d’un coup d’œil l’altitude et sommet de laquelle se tiennent de superbes figurines. La seule chose qu’on puisse leur reprocher, c’est d’être fabriquées en Chine à cause du dumping social et du peu de soucis des coûts en pétrole pour le transport… Mais bon… Sur nombre de jeux/jouets, il n’y a plus d’usines en Europe…

Et depuis ?

La collection, avec des variations d’éditeurs mais au matériel entièrement compatible, s’est élargie à la seconde guerre mondiale. Reprise par un éditeur plus ou moins successeur de cette histoire sous le titre Wings of Glory, on retrouve « Les Ailes de la Gloire » ! Le matériel est pour l’instant distinct au niveau des avions mis en jeu, mais complètement compatible…
La mécanique à base de mouvements gérés par des cartes fut reprise sur différents thèmes ou le mouvement est au cœur des combats, sur le plan naval bien sur !

On retrouve ce principe sur des jeux de bateaux à construire tel Pirates of The Spanich Main. Il s’agit de bateaux à collectionner et à constituer en escadre pour battre en tournoi vos adversaires qui auront eux-mêmes constitué leur escadre imbattable… Le jeu possède de nombreuses déclinaisons et fait parti de ces gammes à collectionner. Donc, joli mais… avec un rien de gouffre financier ! Même si les déclinaisons, abordant des thèmes historiques ou fantastique sont plutôt très sympas. On retrouve donc ce principe de la réglette qui régit les mouvements sur une surface de jeu plane. Les prémices du « vrai » jeu de figurines donc.

Sur un plan plus familial que Pirates…, au niveau de Wings of War voir plus simple, on trouve également Regatta de chez Gigamic. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une régate de voiliers avec des bouées à dépasser en premier. Accessible au plus jeunes !

Alors, nous on aime bien car cette série « Wing Of… » est arrivée à une grande maturité, un niveau de simulation suffisant pour une complexité tout à fait abordable. Comparable à la série Down in Flame à ce sujet, elle a le mérite de réduire le phénomène de hasard de cette dernière tout en étant plus facile à trouver en boutique et… en français !

De plus, les figurines, pré-peintes, sont de très bonnes facture et permettent d’envisager un investissement sur un système de règles plus technique en ayant un matériel réutilisable et compatible ! Ou encore de s’en servir pour les substituer au Pack Aérien non disponible pour Mémoire 44 en téléchargeant les règles de cette extension sur le site de l’éditeur.

Bref, du bonheur et c’est pour cela que vous pouvez retrouver sur notre e-boutique cette collection de figurines plus proche du jeu de société que du jeu de figurine classique qui n’est pas notre spécialité première !

La collection Seconde Guerre Mondiale, c’est Ici ! La Première Guerre Mondiale, c’est !

Cassandre,

Le 18 avril 2012

Comments are closed.


Notre Facebook