UWE ROSENBERG

Un mot de passe pour Agent Secret en pleine guerre froide, c’est sur…

Et bien nom. Non ! C’est un nom ! Celui d’un auteur de jeux prolixe. Ou presque !

Une œuvre générale…

Parmi ses succès en France, citons un petit jeu par le Format qui se révèle chaud, chaud, chaud ! Mamma Mia ! Soit cela dénote une forte attirance pour ABBA, soit un goût immodéré pour les Pizzas. Disons simplement un bon indice de ce que sont ses jeux. Calibrés, simples, mécanique épurée et accessible …

On y trouve aussi des jeux sur sa connaissance des dates ou sa capacité à les évaluer mieux que les autres ainsi qu’une extension pour Attribut (un Party Game que l’on peut trouver en accès gratuit sur le net avec une version pour francophone) ou encore Fraüen & Männer, très proche de Compatibility : une volonté de déduire, de calculer en prenant en compte la psychologie de l’autre et ce que l’on sait de lui…

On regrettera l’ancien Bâbel par exemple. Sauf si un éditeur francophone avait la gentillesse de nous le reproposer bien sur. A base de cartes, comme de bien souvent dans ses jeux, l’auteur nous propose un duel de bâtisseurs que l’on aime à pratiquer : faire ses choix avec ses infos, ses évaluations, ce que l’on projette de faire et ce que l’on pense que l’autre est en train de préparer, un calcul sur les compétences que vous aller mettre en œuvre et celles que cela va déclencher chez l’adversaire…

Et ces créations variées ne sont qu’un prélude. Car, au regard de ce qui suit, on peut avancer l’hypothèse que le « petit» Uwe aurait un penchant monomaniaque avec la capacité de ne jamais refaire la même chose mais si ça y ressemble…

Mais spécialisée…

En effet, le Sieur Rosenberg est maintenant surtout très connu pour son tryptique (trois jeux au nombre de quatre comme les mousquetaires) que sont Agricola, Le Havre et Aux Portes de Loyang complété récemment par Ora & Labora (4 heures de la partie, même en mode solo!).

Et, de ce trypique, on connaît bien sur Agricola. Repenons le thème : 1670, Vous, fermier, et votre fermière (où l’inverse), allez essayer de bâtir une ferme digne de ce nom, agrandir votre cheptel, qu’il soit animal ou enfantin et pour cela, semer de petites graines qui donneront du bel orge et autres céréales.

La force du jeu vient bien sur de ses niveaux de difficulté variant du familial aux plus chevronnés des Core Gamer (anglissime signifiant Joueurs Avertis que tellement ils jouent, ils ont du poil sur le menton qui n’a pas été rasé depuis longtemps et pareil pour les filles. Enfin, d’après nos sources mais ce n’est peut-être pas très fiable).

Ce que l’on peut surtout constaté c’est qu’il fit ses débuts avec un « petit » succès à base de Haricots sauteurs à planter. Bohnanza. Après des myriades de variantes à la clef dont une version « Space Beans », outre ces mécaniques parfaitement huilées, on le voit bien, le thème de l’Agriculture semble être une obsession pour ce créateur.

Agricola bien sur et avec encore ses bonus/extensions – non traduites en VF sauf une – vous vient à l’esprit. Normal, on vient d’en parler.

Mais c’est aussi Ora & Labora. Dans ce jeu hardu mais au combien plaisant lorsque l’on aime, vous allez incarner une Abbaye qui cherche à se développer pour laisser à la postérité un goût de terroir prononcer. Ces Abbayes auraient pu faire du fromage ou des cierges. Mais non. Du Wiskey en Irlande ou du Pinard et du Pain bien de chez … chez nous. Doit-on en déduira un autre penchant pour la stricte Agriculture ? Nous n’avons pas eu le temps de respirer en ce début d’année 2012, date d’arrivée de la VF que, déjà, on annonçait Agricola – Terre d’Elevage. Bon, sentant le bon filon, voir le bon sillon Agricole dans lequel semé ses futures pousses, a quoi pouvait-on s’attendre ? Une simple bouture ?

La greffe est prise.

Le jeu utilise le même matériel de base (de foultitudes de petits animaux en bois) mais créé une ambiance identique tout en étant différente. Plus simple pourrions nous dire. Mais pas complètement. Nous, en tout cas, on aime cette rapidité (20 à 25 minutes maximum) et ce côté épuré qui font que l’on se concentre sur un paramètre essentiel : accroître son cheptel.

Et si un vague scrupule nous ferait regretter ce côté intensif si peu compatible avec le durable que très rapidement, on s’aperçoit que cette simplicité est au service d’une perversité sans nom : comme c’est plus simple de se concentrer sur un mécanisme avec moins de paramètres, on va plus facilement regarder ce que fait l’autre en lui chippant sur le marché les ressources ou bestiaux dont il a cruellement besoin. C’est Vil. Et l’auteur semble aimer cela.

La preuve qu’il est vil cet auteur ? Idem à son penchant pour l’agriculture, Agricola – Terre d’Elevage à peine publié que l’on nous annonce Farmerama, transposition du jeu en ligne dans une version jeu de plateau.

Et là ? RE-OUCH ! Encore un coup au but !

Dans ce jeu, on poursuit donc sur le thème agricole avec à nouveau une thématique huilée aux petits oignons. Un jeu fluide, accessible aux plus jeunes mais aussi au grand public qui veut gérer un peu et compter aussi un peu.

Voyez un peu : à chaque tour vous avez le choix entre remplir vos réservoir, semer, récolter, nourrir vos bêtes ou aller chercher des semences supplémentaires. C’est tout ! La partie est dynamique, enlevée et réserve de nombreux rebondissements. Sans jamais retomber sur les sensations des autres jeux de l’auteur mais avec quand même ce petit goût de single malt bien tourbé qui ne s’oublie pas si caractéristique des jeux du sieur U.R..

On ne vous en dira pas plus, sauf que vous risquez de faire votre première partie un peu dans votre coin. Pas les suivantes. Et tout cela en 60 minutes environ (moins normalement, mais, on connaît tous des joueurs moins rapides que d’autres…).

Alors, voilà. Comme nous aimons beaucoup à le dire : le jeu, il y a ceux qui en parle et il y a ceux qui le mangent. Mangez-en ! Et comme ce sont de bons produits de la ferme, vous ne le regretterez pas !

Monsieur Rosenberg, sachez que, pour vous, il y aura toujours une place à notre table !

Cassandre,

Le 2 juin 2012.

Comments are closed.


Notre Facebook